Comment raccourcir ses règles naturellement grâce au flux instinctif libre.

Comment raccourcir ses règles naturellement ? Passer de 7 jours de menstruations à 3, serait-ce possible ? Oui, je témoigne !

Vous vous demandez comment raccourcir ses règles naturellement ? Si vous cherchez des astuces pour réduire la durée de vos règles pour ce cycle, histoire de retrouver votre copain plus tôt, alors cet article n’est pas pour vous. Ici, je vous parle d’une méthode efficace, mais qui s’acquiert petit à petit : le flux instinctif libre (FIL). En avez déjà entendu parler ?

Le Flux instinctif libre ou comment raccourcir ses règles naturellement ?

Le Flux instinctif libre, c’est une pratique qui vise à gérer ses règles naturellement, en dépendant le moins possible de protections hygiéniques. Cette méthode, aussi appelée continence menstruelle, se base sur l’écoute des signaux du corps. Elle est 100 % naturelle et sans traitement hormonal. Eh oui, il est possible de réduire la durée de ses règles naturellement, en étant plus à l’écoute de son corps.

Ce sont les contractions de notre utérus qui provoquent l’écoulement de sang. Celui-ci n’est pas continu, comme l’explique France Guillain, Mélissa Carlier, ou encore Jessica Spina, dont j’indique les références en bas d’article. Selon cette dernière, entre l’instant de la contraction et le moment où le sang s’écoule à notre vulve, il se passe entre 30 et 45 minutes, ce qui nous laisse le temps de voir venir. Des signaux, comme une envie d’uriner, une pression au niveau du bas ventre ou encore une sensation de pesanteur nous indiquent qu’il est temps d’aller aux toilettes.

Pour pratiquer le flux instinctif libre, il suffit de repérer les moments où le sang menstruel s’apprête à couler et de le libérer aux toilettes plutôt que dans une serviette hygiénique, voire un tampon ou une coupe menstruelle (ces deux protections nous coupent des signaux de notre corps).

L’idée n’est pas de retenir le sang à l’intérieur du corps et encore moins de contracter le périnée en permanence. Comme nous l’avons, les signaux de notre corps nous indiquent les moments où libérer le sang. Comment le souligne Mélissa Carlier, à moins d’avoir un périnée hypotonique, nul n’est besoin de tonifier son périnée pour savoir comment raccourcir ses règles naturellement avec la continence menstruelle.

« La durée de mes règles a diminué de moitié » : comment avoir ses règles pendant 3 jours au lieu de 5 voire 7 grâce au FIL ?

Des règles abondantes et longues à mes débuts en flux instinctif libre

Je vous avais promis un témoignage, le voici : quand j’ai commencé à pratiquer le flux instinctif libre, je portais un stérilet au cuivre. Autant dire que mes règles étaient très longues, très abondantes et très fluides. Pas facile de commencer dans ces conditions-là !

Mes règles duraient 5 jours voire 7 jours si on compte le spotting :

  • 1 premier jour de flux moyennement abondant
  • 2 jours de flux très abondant
  • 1 jour de flux moyennement abondant
  • 1 jour de flux peu abondant
  • (2 jours de spotting, c’est-à-dire de saignement faible, mais qui laisse quand même une trace dans la culotte… grrr)

Lors des jours de flux très abondants, je me rendais très fréquemment aux toilettes, toutes les demi-heures à certains moments au début. J’avais la chance de pouvoir travailler de chez moi, ce qui me facilitait grandement l’apprentissage. Et puis petit à petit, j’ai commencé à pouvoir espacer les passages aux toilettes.

Une durée de menstruation qui s’est raccourcie de moitié

Je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite, mais la durée de mes règles a diminué naturellement, et s’est stabilisée à 4 jours à ce moment-là. Voilà comment raccourcir ses règles naturellement, tout simplement !

Comme j’ai retiré mon stérilet à un moment, j’ai mis ça sur le compte du retrait du stérilet au cuivre dans un premier temps.

Puis je suis tombée enceinte, j’ai allaité, donc longue période sans règles… J’ai reposé un stérilet. Avant mon retour de couches, ma sage-femme m’avait prévenue que mes règles pourraient être hémorragiques au début et qu’avec le stérilet, j’aurais probablement du mal à me remettre au flux instinctif libre après l’allaitement.

J’ai pourtant repris la continence menstruelle dès mon retour de couche et d’une part, mes règles n’ont pas du tout été hémorragiques malgré le stérilet et d’autre part, elles n’ont duré que 3 jours !

Depuis, j’ai des règles qui durent seulement 3 jours, avec éventuellement 1 jour de spotting qui se rajoute. Et en plus, mes règles sont moins abondantes qu’avant également, mais ça, c’est l’objet d’un autre article !

Je ne suis pas la seule à observer ce genre de résultats en pratiquant le flux instinctif libre. La plupart des femmes qui commencent la continence menstruelle voient la durée de leurs règles se raccourcir naturellement.

Pourquoi le flux instinctif libre réduit-il la durée des règles chez la femme ?

La grande question que je me pose et que vous vous posez peut-être c’est : comment le flux instinctif libre fait-il pour diminuer ainsi la durée des règles ? C’est vrai, ça ! Savoir comment raccourcir ses règles naturellement c’est une chose, mais comment ça se passe dans le corps ? Qu’est-ce qui se passe physiologiquement qui explique ces résultats ?

Il n’y a pas encore de recherches scientifiques sur le flux instinctif libre, à ma connaissance. D’ailleurs, très peu de gynécologues sont au fait de cette méthode malheureusement. Les propositions d’explications faites ici ne sont donc que des hypothèses.

L’impression que j’ai, c’est que le fait d’être à l’écoute de son corps joue beaucoup dans la diminution des symptômes « gênants » des règles : durée, douleur, abondance… Comme si le corps, lorsqu’il n’est pas entendu, donne des signaux plus forts pour qu’on le remarque.

Dans un autre contexte par exemple, si nous sommes très fatiguées, mais que nous n’écoutons pas les signaux de notre corps, au bout d’un moment il nous fait tomber malade pour nous forcer à nous reposer et retrouver son équilibre.

Il me semble que lorsque nous écoutons les signaux de notre corps au moment de nos menstruations, celui est moins stressé et ses fonctions physiologiques sont plus efficaces. Quelques passages aux toilettes aux bons moments permettent l’évacuation de notre flux menstruel sans trop d’effort et avec moins d’inconfort. Qu’en pensez-vous ? Ça se tient, non ? Vivement l’arrivée de données scientifiques pour comprendre davantage le fonctionnement du corps de la femme qui pratique le FIL durant ses règles.

Est-ce que ça vous donne envie de vous lancer dans la pratique du flux instinctif libre pour voir comment raccourcir ses règles naturellement ? Si oui, allez voir mon article sur les idées reçues concernant le FIL pour compléter votre apprentissage. Et n’hésitez pas à me poser vos questions en commentaires.

Maëlle

Sources :

Carlier, Mélissa. Atelier du flux instinctif libre. Blog Cyclointima.

Guillain, France. 2009. Le bain dérivatif ou D-CoolinWay. Cent ans après Louis Kuhne. Éditions du Rocher.

Spina, Jessica. 2018. Le Flux Instinctif Libre ou l’art de se passer de protections périodiques. Éditions l’Instant Présent.

Si vous avez aimé notre article, vous êtes libre de le partager ;-)

Tags:

4 Responses

  1. Même si je ne pratique pas le flux instinctif, j’essaie de faire attention à mon corps et d’aller aux toilettes quand les signaux d’allument. Le fait de travailler de chez moi cela aide. Par contre toute activité physique comme la marche ou le vélo libère souvent le flux sans que je le veuille (je ne sais pas si l’état du périné joue un rôle dans la réussite ou non?) . En tout cas je trouve cela super interessant d’en apprendre toujours un peu plus sur comment notre corps fonctionne et comment l’accompagner pour que l’aventure soit plus tranquille.
    Merci!

    • Bonjour Aude, merci pour ton retour !
      J’aime beaucoup recevoir des témoignages de femmes qui gère leurs règles naturellement de manière instinctive, comme tu le mentionnes ! C’est un peu le « flux instinctif libre » sans lui en donner le nom.
      Et en effet, les activités physiques sont plus difficiles à gérer, parce que le sang s’écoule plus facilement, sans qu’on puisse toujours le retenir. Ça ne veut pas dire qu’on a un périnée hypotonique, je te rassure ! Mais déjà, le fait d’aller aux toilettes juste avant de faire du sport peut aider. Et puis porter une protection comme une culotte menstruelle permet de se rassurer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voudriez-vous recevoir mon livre gratuit

"Les 5 clés du Cycle Féminin" ? :)

%d blogueurs aiment cette page :