La symptothermie c'est quoi, je vous en donne la définition.

Categories:

La contraception naturelle rassemble plusieurs méthodes, plus ou moins fiables, dont la symptothermie. Alors, la symptothermie c’est quoi ? Je vous en détaille la définition et le fonctionnement dans cet article.

La définition de la symptothermie est en fait beaucoup plus vaste que la contraception naturelle. Elle peut servir à la fois de contraception, d’aide à la conception et de méthode d’observation du cycle et de la fertilité. Donc la symptothermie c’est quoi ? C’est, selon moi, un fabuleux outil de reconnexion à la femme en nous. Beau programme ! Je vous en dis plus ?

La méthode symptothermique regroupe l’observation des symptômes — la glaire cervicale — et la prise de la température corporelle. La symptothermie combine ces deux observations pour obtenir un double contrôle qui lui confère toute sa fiabilité.

La prise de température en contraception naturelle : pas si contraignante qu’on pourrait le croire

La prise de température vous semble contraignante ? Sachez qu’en symptothermie, on ne prend pas sa température tout au long du cycle menstruel. On la prend seulement durant la phase fertile. Cette période représente environ un tiers du cycle, contre deux tiers qui sont infertiles.

Au début de la pratique, la phase fertile peut être un peu plus longue (dans les 15-20 jours pour les cycles un peu longs), mais avec le temps, il est possible de réduire jusqu’à environ 10 jours de prises de température par cycle.

Commencer la symptothermie n’est donc pas si contraignant que ça. D’autant qu’il est tout à fait possible d’avoir quelques données manquantes au cours de la période féconde, pas de problème.

De plus, contrairement à une idée largement répandue, il n’y a pas besoin de prendre sa température à la même heure tous les matins : il suffit de prendre la température au réveil, et de noter l’heure où on l’a prise. À moins d’avoir un rythme de vie très aléatoire, la méthode convient parfaitement.

Pratiquer la symptothermie nécessite d’investir dans un thermomètre à double décimal (deux chiffres après la virgule, exemple : 36,34 °C), ce qui coûte environ 15 €. Vous verrez en effet que la montée de température, qui nous indique le début de la sortie de notre période de fertilité, peut être très subtile et nécessite une grande précision.

L’observation de la glaire cervicale et sa définition : l’indicateur parfait de notre fertilité

La deuxième composante majeure de la méthode symptothermique est l’observation de la glaire cervicale : signe de notre fertilité.

Tout d’abord, la glaire cervicale, qu’est-ce que c’est ? C’est un fluide sécrété dans notre vagin, au niveau du col de l’utérus, pour favoriser le passage des spermatozoïdes et permettre une fécondation. C’est une merveilleuse stratégie du corps qui facilite la reproduction tout en nous indiquant clairement où l’on en est dans notre cycle menstruel.

Le ressenti interne de la glaire cervicale en symptothermie c’est quoi ?

L’observation de la glaire cervicale se traduit en premier lieu par un ressenti interne. En prêtant attention à nos sensations vaginales, on peut avoir une indication de notre fertilité ou infertilité :

  • sécheresse au niveau de la vulve ;
  • sensation d’humidité au niveau de la vulve et du vagin ;
  • sensation mouillée ;
  • aucune sensation.

Tous ces ressentis sont des indicateurs subtils, qui demandent certes un apprentissage, pour savoir où on en est dans notre cycle.

Les observations externes de la glaire cervicale

Heureusement, les observations externes viennent compléter ces ressentis. Peut-être avez-vous déjà remarqué que votre vulve était parfois glissante au moment de vous essuyer ? Ou bien avez-vous vu comme du blanc d’œuf pas cuit sur le papier toilette ? Vous aviez là une observation de votre glaire cervicale la plus fertile !

La glaire cervicale change de texture au fil des jours et nous pouvions identifier plusieurs de ses aspects :

  • glaire cervicale blanchâtre, pâteuse, crémeuse ;
  • glaire cervicale filante, collante et transparente ;
  • glaire cervicale jaunâtre et cassante.

Cette typologie est très générale, et lorsqu’on commence la symptothermie, il peut parfois être un peu difficile de s’y retrouver. De plus, certaines femmes ont du mal à observer la glaire cervicale au niveau de la vulve et doivent compléter par une autopalpation du col de l’utérus.

L’autopalpation du col de l’utérus dans la pratique de la symptothermie : un gage de fiabilité en plus

L’autopalpation du col de l’utérus n’est pas obligatoire, elle vient en complément des deux autres composantes. Comme la symptothermie se base nécessairement sur un double contrôle, l’autopalpation du col de l’utérus sert de double contrôle si l’observation de la glaire cervicale fait défaut notamment.

C’est par ailleurs un excellent outil de connaissance de son corps et de son fonctionnement. Cela peut être très utile pour commencer la contraception naturelle et se familiariser avec les évolutions de son corps au cours du cycle menstruel.

En effet, la forme et la texture du col de l’utérus évoluent tout au long du cycle. Celui-ci est court, mou et ouvert dans le vagin en période fertile, pour faciliter le passage des spermatozoïdes. Et il se rallonge et devient dur en phase infertile, sauf à l’arrivée des règles, où il s’ouvre à nouveau. C’est donc excellent indicateur de notre fertilité également.

De plus, en pinçant le col de l’utérus avec l’index et le majeur, on peut emporter un peu de glaire cervicale sur ses doigts et l’observer. Pour celles qui commencent la symptothermie et qui n’arrivent pas à faire les observations externes par exemple, c’est une bonne façon d’observer la glaire cervicale tout de même.

Maintenant que vous savez c’est quoi la symptothermie, vous n’avez plus de raisons d’amalgamer toutes les méthodes de contraception naturelles en une seule. S’il vous reste encore quelques doutes, je vous encourage à répondre au Quiz : La symptothermie est-elle faite pour vous ? et à vous abonner à notre chaîne YouTube pour suivre la suite de l’aventure !

Si vous avez aimé notre article, vous êtes libre de le partager ;-)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :