Bien choisir sa méthode naturelle de contraception.

Categories:

Méthode Ogino, méthode Billings, courbe des températures ou encore symptothermie… Vous ne savez plus comment vous y retrouver pour choisir votre méthode naturelle de contraception ?

Vous souhaitez vous lancer dans la contraception naturelle et vous ne savez pas pour quelle méthode opter ? Je vous fais un état des lieux détaillé et je vous montre qu’il n’y a pas 36 000 choix possibles. Aujourd’hui, une méthode prédomine : la symptothermie. Je vous explique pourquoi !

Oublier les vieilles méthodes qui vous font courir des risques : stop aux grossesses non désirées

Le retrait du partenaire ou coït interrompu

Alors déjà, faites-moi plaisir : oubliez tout de suite la méthode du retrait du partenaire ! C’est beaucoup trop simpliste de croire que l’équation « pas d’éjaculation dans le vagin = pas de grossesse » fonctionne à tous les coups ! En fait, il faut savoir qu’il y a souvent un peu de liquide séminal — le sperme — qui s’écoule du pénis de l’homme avant l’éjaculation. Cela arrive parfois en tout début de pénétration, et personne ne s’en rend compte. Pourtant, il y a suffisamment de spermatozoïdes dans ces quelques gouttes pour provoquer une grossesse… Donc on laisse tomber le coït interrompu !

La méthode Ogino ou méthode du calendrier

Alors là c’est pareil, la méthode Ogino : méfiance ! Elle a été inventée par un médecin japonais — d’où son nom exotique — dans les années 1930, ça date… Cette méthode se base sur la longueur des derniers cycles. On relie souvent la méthode Ogino à la température alors que ce sont deux méthodes différentes. Dans la méthode Ogino ou méthodo Ogino-Knauss, la période fertile est alors calculée comme suit : 1er jour fertile = 10 + cycle le plus court au cours des derniers mois (en jours) – 28. Le couple doit s’abstenir de rapports sexuels pendant une semaine durant la période fertile.

Cette méthode est complètement basée sur des règles régulières, à savoir que le cycle menstruel est censé durer 28 jours et que l’ovulation se produit au 14e jour. Moi perso, je ne connais pas beaucoup de femmes pour qui c’est le cas ! Et pour vous dire : ma grand-mère a utilisé la méthode Ogino pendant toutes ses années fertiles et elle a quand même eu 4 enfants (+ un avortement), alors que si elle avait vraiment pu choisir, elle dit qu’un seul ou deux enfants lui auraient suffi…

Deux méthodes particulièrement complémentaires : Billings et la température

La courbe de température comme méthode contraceptive naturelle

Une méthode intéressante, mais assez contraignante : il s’agit d’observer l’évolution de la température corporelle tout au long du cycle. En effet, la sécrétion de progestérone qui a lieu après l’ovulation provoque une légère élévation de la température, indiquant que la phase fertile est terminée. Cela se joue à quelques dixièmes de degrés et nécessite d’utiliser un thermomètre spécial contraception naturelle, qui est très précis. Le problème avec cette méthode de la courbe de température, c’est que l’on est sur seulement de la fin du cycle, et non du début. En effet, la méthode de la température ne permet pas de définir précisément le début de la phase fertile : ce qui veut dire une période d’abstinence du début du cycle jusqu’après l’ovulation…

La méthode Billings comme méthode naturelle de contraception

À mon sens, la méthode Billings est une méthode naturelle de contraception très intéressante, car elle est basée sur l’observation du corps : il s’agit de repérer l’évolution de la glaire cervicale et de connaître ce que signifie sa consistance. La glaire cervicale est un fluide produit par le col de l’utérus lorsqu’arrive la période fertile pour faciliter le passage des spermatozoïdes.

Elle apparaît plusieurs jours avant l’ovulation et change de consistance jusqu’à prendre celle du blanc d’œuf pas cuit, qui l’on appelle glaire filante, et qui indique très clairement : Attention, ovulation ! C’est une méthode qui demande d’être à l’aise avec son corps pour oser observer ses fluides corporels : mais quelle connaissance de soi quand on en reconnaît les signaux, j’adore ! D’ailleurs, je vous ferais prochainement un article sur la méthode Billings pour tomber enceinte. En effet, elle peut être aussi utilisée en mode conception. Pour apprendre à écouter son corps, la pratique du flux instinctif est complémentaire.

La symptothermie : une méthode naturelle de contraception aussi fiable que la pilule

L’idée de génie, ça a été d’associer la méthode de la courbe de température avec la méthode de Billings : voilà comment la symptothermie est née. Elle a été inventée par un médecin autrichien, dans les années 1950. L’avantage de combiner les deux méthodes précédentes, c’est de pouvoir déterminer avec une grande précision le début et la fin de la phase fertile (le début grâce à la méthode de Billings et la fin grâce à la température), pour réduire considérablement la période d’abstinence.

De plus, un autre facteur peut aussi être observé dans la méthode symptothermique pour augmenter encore sa fiabilité : l’observation des modifications du col de l’utérus. En effet, au cours du cycle menstruel, la texture et la forme du col de l’utérus évoluent. En dehors des règles et de la phase d’ovulation, le col est bas dans le vagin et dur comme du cartilage. Alors que durant l’ovulation, et même quelques jours avant, il se ramollit et remonte dans le vagin. De nombreux facteurs peuvent également venir confirmer ces observations, comme une tension au niveau des seins, la contraction ou détente du périnée, des variations de la libido, des douleurs dans le bassin, etc. Nous aurons l’occasion de revenir plus en détail sur cette méthode naturelle de contraception.

MAMA, la contraception naturelle pendant l’allaitement

La MAMA ou Méthode de l’allaitement maternel et de l’aménorrhée, que l’on appelle aussi infertilité lactationnelle, est utilisée dans les sociétés traditionnelles depuis toujours probablement. Elle a été mise en lumière par l’OMS et l’UNICEF depuis 1995. C’est une méthode qui peut être utilisée, selon La Leche League, pendant les 6 premiers mois suivant la naissance, en respectant certaines conditions. Il faut un allaitement exclusif, à la demande, et avec des tétées fréquentes. À partir du moment où deux tétées sont espacées de 6 h, notamment la nuit, il ne faut plus utiliser cette méthode.

Pour être honnête, moi je n’ai pas osé utiliser cette méthode après mon accouchement. J’ai posé un stérilet 3 mois après la naissance, notamment sur les conseils de ma sage-femme, avant de pouvoir recommencer la symptothermie en toute sérénité.

Peut-être que j’aurais dû avoir plus confiance en moi sur ce coup-là. D’autant que ma fille tétait souvent, même la nuit, pendant ses 6 premiers mois. Et en même temps, je ne voulais surtout pas retomber enceinte tout de suite, comme ça peut arriver à certaines femmes. J’ai préféré écouter ma peur et me sécuriser. C’est une question très importante à se poser lorsqu’on se lance dans la contraception naturelle : est-ce que j’ai peur ? Et si c’est le cas, qu’est-ce qui pourrait me rassurer ?

Qu’avez-vous pensé de cet état des lieux pour choisir votre méthode naturelle de contraception ? Vous reste-t-il encore des questions ? N’hésitez pas à me faire vos retours en commentaire.

Si vous avez aimé notre article, vous êtes libre de le partager ;-)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :