Comment vivre un cycle menstruel zéro déchet ?

Categories:

Vous avez conscience du coût environnemental des protections hygiéniques et souhaitez vivre un cycle menstruel zéro déchet ou du moins plus écolo ? De nombreuses solutions existent aujourd’hui pour vivre des règles zero waste, et c’est ce que nous allons voir ensemble. Nous aborderons aussi la question de la contraception, intimement liée au cycle féminin et à l’écologie. C’est parti !

Choisir de vivre des règles zéro déchet : coupe menstruelle, serviettes lavables, culottes menstruelles et flux instinctif libre

La coupe menstruelle : les plus du tampon hygiénique sans ses moins !

La coupe menstruelle (moon cup, luna cup, …) est la première protection hygiénique zéro déchet que j’ai utilisé et elle m’a suivi dans toutes mes pérégrinations durant plusieurs années. Quel bonheur d’avoir une protection qui offre les avantages du tampon sans en avoir les inconvénients !

Déjà, le risque de syndrome du choc toxique est extrêmement atténué par le port de la cup, du fait qu’elle n’a pas l’action absorbante du tampon au niveau des muqueuses vaginales. Sans parler des substances potentiellement cancérigènes présentes dans la plupart des tampons hygiéniques jetables, que l’on ne retrouve pas dans la coupe menstruelle.

De plus, la coupe menstruelle permet à chaque femme d’éviter l’achat d’environ 150 tampons (ou autre protection hygiénique jetable) par an ! Et elle peut être utilisée pendant environ 5 ans. Je vous laisse faire le calcul ! Autant dire qu’elle a toute sa place dans une démarche zéro déchet.

En plus d’être économique, cette protection hygiénique permet donc une réduction des déchets phénoménale et sur le long terme, quoique de nombreuses femmes continuent à mettre des protège-slips en complément, pour éviter les fuites. C’est ce que j’étais obligée de faire lorsque je portais un stérilet au cuivre par exemple.

Ceci dit, depuis quelques années maintenant, j’ai laissé la coupe menstruelle au placard. Depuis ma découverte du flux instinctif libre, dont je vais vous parler un peu plus en détail ci-dessous, j’ai choisi de donner plus de place à des protections hygiéniques qui me permettent davantage d’être à l’écoute des signaux de mon corps pendant les règles, à savoir les serviettes hygiéniques lavables et plus encore, les culottes menstruelles.

Les serviettes lavables : les stars du DIY en couture

Les serviettes lavables ont l’avantage d’être écologiques et tout comme la cup, très économiques. Même si chaque serviette coûte une dizaine d’euros, ce qui représente un petit budget à l’achat lorsque l’on en prend plusieurs, elles sont très rapidement rentabilisées dans un cycle menstruel zéro déchet.

De plus, pour celles qui aiment la couture et le DIY, il est très facile d’en fabriquer soi-même ! Il existe de nombreux patrons sur le web ainsi que des articles et vidéos tutos, alors il serait dommage de ne pas en profiter.

Acheter ou fabriquer ses serviettes hygiéniques lavables fait appel à notre côté esthétique, car il en existe de toutes les couleurs et avec des motifs tous plus bariolés les uns que les autres. Bref, les serviettes lavables sont funs, même pas honte de les étendre avec le reste du linge au moment de la lessive !

Elles sont également bonnes pour la santé, souvent constituées de plusieurs couches de tissus en coton ou en fibre de bambou. Pas de produit chimique ni de fibres artificielles dans leur composition : elles laissent la vulve et le vagin respirer.

Malgré tous ces avantages, je leur trouve tout de même quelques inconvénients. En effet, comme une serviette hygiénique classique, elles forment entre les jambes et au niveau des fesses une surépaisseur pas très agréable, du moins de mon point de vue. De plus, j’ai le souvenir d’en avoir porté certaines qui bougeaient au fil de mes mouvements, jusqu’à remonter franchement au niveau des fesses, ce qui a été pour moi rédhibitoire. J’ai préféré opter pour les culottes menstruelles.

La culotte menstruelle : protection périodique écologique et sexy

La culotte menstruelle a l’avantage d’être une protection hygiénique réutilisable, atout du cycle menstruel zéro déchet, tout en étant sexy et très confortable. J’adore la sensation de porter une culotte normale durant mes règles, d’autant plus en l’associant au flux instinctif libre, qui me permet de rester au sec dans ma culotte.

Les culottes pour les règles sont certes assez chères à l’achat (environ 20-30 € la culotte selon les marques), mais restent très rentables sur le long terme, en comparaison des protections hygiéniques jetables. Elles peuvent être utilisées plusieurs années de suite avant d’être renouvelées.

Au niveau de leur composition, elles sont un peu moins naturelles que les serviettes hygiéniques lavables, car elles associent des fibres naturelles à une fibre artificielle (souvent la couche de tissu extérieure), qui permet l’étanchéité de la culotte.

L’avantage de la culotte très fine est donc contrebalancé pour une composition un peu moins clean et une zone vaginale qui respire un peu moins. D’où l’intérêt de n’en porter que les premiers jours des règles, en pratiquant le flux instinctif libre.

Le flux instinctif libre : complémentaire aux protections hygiéniques lavables

Le flux instinctif libre est une pratique qui consiste à être à l’écoute des signaux du corps au moment des règles, pour repérer les moments où le sang s’écoule et le déverser aux toilettes plutôt que dans une protection hygiénique. Avec la pratique, il est même possible de se passer à 100 % de protection hygiénique. Pour un cycle menstruel zéro déchet, il n’y a pas mieux, vous ne trouvez pas ?

Cette pratique repose sur l’observation, que peu de femmes font malheureusement, que le sang menstruel ne s’écoule pas en continu. Celui-ci est évacué par des contractions de l’utérus et est stocké dans de petites cavités au fond du vagin, les fornix, jusqu’à ce qu’il y en ait trop. C’est alors que le sang s’écoule le long du vagin et jusqu’à la vulve.

Tout au long de ce parcours du sang, depuis l’utérus jusqu’à la vulve, le corps nous envoie des signaux corporels. Il ne tient qu’à nous d’(enfin) les écouter ! Pour certaines, ces signaux ressemblent à une envie d’uriner, pour d’autres cela fait penser à une pesanteur dans le bas ventre, pour d’autres encore ce sera teinté de douleur. Il est possible de décoder ces signaux pour savoir à quel moment se rendre aux toilettes.

⏩ Cet article pourrait vous intéresser : Qu’est-ce que le Flux Instinctif Libre ? | Définition

Opter pour un cycle menstruel zéro déchet, et si c’était aussi questionner sa contraception ?

Qui dit cycle menstruel dit contraception !

On l’oublierait presque, mais avoir un cycle menstruel signifie en premier lieu être fertile ! Alors comment parler de cycle menstruel zéro déchet sans aborder le thème de la contraception ?

Car s’il y a bien un domaine consommateur de ressources et producteur de déchets, c’est bien celui de la contraception. Le préservatif et la pilule, à savoir les deux moyens contraceptifs les plus utilisés aujourd’hui, sont les premiers concernés !

Imaginez combien de plaquettes de pilules contraceptives il faut à une femme si elle en utilise tout au long de sa vie fertile… Imaginez le nombre de préservatifs utilisés par an par un jeune couple qui n’utilise que ce moyen de contraception… C’est dément !

Alors oui, opter pour la démarche zéro déchet nécessite aussi de se questionner sur son mode de contraception. D’autant que la production de déchets n’est pas le seul impact environnemental de ces moyens contraceptifs. Voyons ensemble l’impact de la pilule sur l’environnement et la santé.

Quel est le coût environnemental de la pilule contraceptive ?

Les hormones artificielles présentent dans les pilules contraceptives sont rejetées dans l’environnement via l’urine. Parmi ces hormones, l’éthinylestradiol est celle qui alerte le plus les scientifiques.

Des études ont montré qu’il suffisait d’en injecter quelques nanogrammes par litre dans un lac pour que l’ensemble des poissons mâles se transforment en femelles en seulement 3 ans. Plus de mâles, donc plus de reproduction : la population de poisson de ce lac a été décimée… Vous vous dites que ce ne sont que des poissons dans le cadre d’une expérimentation scientifique ? Des études plus récentes font le lien entre la féminisation des poissons et l’augmentation des problèmes de fertilité masculine dans l’espèce humaine.

De plus, toutes les eaux sont aujourd’hui contaminées par l’éthinylestradiol en France, car les stations d’épuration n’ont pas encore de système performant pour traiter ces hormones. Donc même sans prendre soi-même la pilule contraceptive, nous sommes tous concernés par cette catastrophe environnementale.

Quelles sont les alternatives à la pilule pour une contraception zéro déchet ?

Plusieurs moyens de contraception peuvent entrer dans un cycle menstruel zéro déchet, sans faire appel à des hormones de synthèse.

Le moyen le plus courant est le stérilet au cuivre, qui peut être gardé 5 ans voire plus, avant d’être renouvelé. C’est un moyen pratique et écologique d’assurer sa contraception et il convient à tous les âges, quoi qu’on en dise (c’est une idée reçue que de penser qu’il n’est pas possible d’en porter avant d’avoir eu des enfants).

Ce moyen de contraception, ceci dit, n’a pas que des avantages : il rend généralement les règles plus abondantes et peut avoir d’autres effets secondaires, comme une baisse de la libido par exemple.

Une autre option, ma préférée bien sûr (j’en parle beaucoup sur mon blog et ma chaîne ;-), est la contraception naturelle, et plus précisément la symptothermie. Attention, cette méthode n’a rien à voir avec les méthodes de contraception naturelle archaïques qu’utilisaient nos grands-mères, comme la fameuse méthode Ogino…

La symptothermie est une contraception naturelle reconnue par l’OMS comme presque aussi fiable que la pilule. Elle est basée sur un double contrôle de la température corporelle au réveil et des signes de la fertilité (glaire cervicale et position du col de l’utérus) au cours du cycle. Et elle n’est clairement pas aussi contraignante ou rebutante que l’on pourrait le croire, je vous laisse en juger par vous-même :

⏩ Pour en savoir plus : Commencer la Symptothermie en toute Sécurité | Ce que vous devez savoir

Mon article sur le cycle menstruel zéro déchet vous a plu ? Laissez-moi un commentaire pour me partager vos impressions 😉 !

Si vous avez aimé notre article, vous êtes libre de le partager ;-)

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voudriez-vous recevoir mon livre gratuit

"Les 5 clés du Cycle Féminin" ? :)

%d blogueurs aiment cette page :