bebe allonge sans couche la nuit

Est-ce possible pour bébé de dormir sans couche la nuit ? Comment pratiquer l’hygiène naturelle infantile la nuit ? Et si je vous disais même que c’est le moment le plus facile pour pratiquer cette technique ? Je vous explique tout dans ce nouvel article consacré à l’HNI nocturne.

Comment répondre au besoin d’élimination de son bébé la nuit ?

D’une part, sachez que physiologiquement parlant, c’est plus facile la nuit que le jour. En effet, les reins produisent plus d’urine le jour que la nuit. Il y aura donc moins fréquemment de pipis la nuit que pendant la journée. Et sachez aussi que le système hormonal fait qu’il y aura moins d’urine produite durant la nuit. De plus, nos enfants, comme nous, se réveillent pour faire pipi ; il y a forcément un petit réveil qui s’opère pour pouvoir uriner.

Et cette pratique se facilite avec le temps, car les réveils s’espacent de plus en plus, et donc les pipis aussi.

Enfin, il est possible de répondre à ce besoin d’élimination de nos enfants en restant à moitié endormi. Finalement, comme pour l’allaitement, vous avez dû vous apercevoir qu’au bout d’un moment, vous arriviez à allaiter et à vous rendormir aussi quasiment instantanément. On peut pratiquer aussi l’hygiène naturelle infantile de cette façon.

Se réveiller la nuit : un paradoxe ?

Préparer bébé sans couche pour la nuit peut ne pas sembler évident pour certains. Effectivement, ça peut paraître paradoxal. Il faut se réveiller la nuit ! Vous êtes peut-être dans une situation où c’est difficile pour vous de vous réveiller la nuit, et vous n’avez pas envie de vous investir à ce moment-là.

Pour aider votre enfant à conscientiser au maximum son besoin d’éliminer malgré l’absence d’HNI nocturne, je vous conseille d’utiliser des couches lavables plutôt que des couches jetables qui, en absorbant complètement les urines, coupent complètement votre enfant de la sensation d’éliminer et de la sensation d’humidité.

Le cododo, pratique complémentaire de l’HNI la nuit

Si vous avez envie de vous essayer à l’HNI la nuit, le mieux c’est de pratiquer également le cododo, c’est-à-dire de dormir avec votre enfant tout près de vous.

C’est une pratique qui n’est pas dangereuse. Encadrée, englobée dans une hygiène de vie saine, si vous avez envie d’être pleinement à l’écoute de vos enfants, c’est vraiment une pratique qui se fait très bien. Je l’ai pratiquée avec mes deux enfants pour pouvoir les allaiter la nuit et répondre à leurs besoins d’élimination. Il n’y a eu aucun souci.

En pratique, comment s’occuper d’un bébé sans couche la nuit ?

Pour pratiquer l’hygiène naturelle, infantile la nuit, votre enfant est à côté de vous. Vous remarquez ainsi ses réveils et pouvez intervenir facilement et rapidement. Vous avez peut-être noté que votre intuition vous aide à vous réveiller quelques secondes, voire quelques minutes avant votre enfant.

Prévoyez une petite bassine en dessous de ses fesses pour récupérer le pipi, pendant la tétée nocturne par exemple. Si vous avez du mal à être assise – ce qui se comprend, la nuit, on n’a pas forcément envie de se mettre dans cette position – restez en position allongée et récupérez les urines avec un lange, un tissu en matière absorbante, placé en dessous de l’enfant pour pratiquer l’hygiène naturelle infantile la nuit.

Ce qui est encore plus pratique, c’est de placer en dessous de votre enfant différentes couches de draps et d’alèses, comme une sorte de mille-feuilles. Ainsi, si le lit est mouillé, vous n’avez qu’à retirer le premier drap et la première alèse, et bébé est au sec rapidement et sans réveil.

Ça, je vous le conseille aussi si vous souhaitez accoucher à domicile.

Vous pouvez également faire l’hygiène naturelle infantile la nuit grâce à une peau d’agneau, à la fois douce, imperméable, assez absorbante, et qui permet de contenir les odeurs.

Pour ma part, pour des raisons éthiques, je n’ai pas investi dans une peau d’agneau. Un autre frein possible, c’est le prix d’une telle peau. C’est quand même quelque chose qui coûte assez cher. À vous de voir, mais c’est une chose qui fonctionne assez bien. Si vous préférez quelque chose de plus éthique, vous pouvez aussi vous tourner vers une couverture à base de laine mérinos. Ça fonctionne aussi très bien en termes d’absorption, d’imperméabilisation, et aussi de confort. Il en existe de très épaisses qui sont presque des matelas et qui peuvent être assez chouettes pour poser bébé.

Si vous arrivez à vous réveiller et à récupérer les urines de bébé en l’ayant en position d’allaitement ou en position assise, je vous conseille d’avoir une bassine assez large. Parce que si vous ne voulez pas allumer la lumière, il faut pouvoir viser quand même ! Enfin, si vous préférez un pot chapeau assez petit, choisissez-le avec un couvercle. Ce sera plus sécuritaire plus rassurant en cas de pot renversé !

Sans couche la nuit, c’est à deux que ça se gère le mieux

Si vous avez encore des craintes sur votre faculté à pratiquer l’hygiène naturelle infantile la nuit, parlez-en avec votre partenaire. Voyez si l’autre personne peut également assurer la nuit et prendre la relève en cas de besoin (ou de sommeil profond). Si une personne répond aux fringales nocturnes de bébé, est-ce que l’autre peut partager les réveils, et gérer les pipis ou les frayeurs ?

De toute façon, quand vous pratiquez le cododo, même si c’est maman qui allaite et qui se réveille davantage, l’autre parent est réveillé aussi. Donc, autant se serrer les coudes pour que tout le monde puisse se rendormir rapidement et tranquillement.

Vers la continence progressivement, même la nuit

Sachez aussi que c’est avantageux de pratiquer l’hygiène naturelle infantile la nuit, pour le développement de votre enfant et pour l’accompagner progressivement vers la continence.

En effet, plus on l’aide à conscientiser son besoin d’élimination, et plus les réveils nocturnes, et donc les pipis, s’espacent. On l’a constaté de notre côté et j’ai lu plusieurs témoignages relatant le même constat. Ce n’est pas forcément expliqué scientifiquement, car c’est quelque chose qui est très peu pratiqué, donc très peu étudié.

Sachez tout de même que le temps que vous passez à pratiquer l’HNI n’est pas perdu, même si vous utilisez une couche lavable, ou même une couche jetable en parallèle (HNI à temps partiel). Ne pas laisser votre bébé avec une couche entièrement pleine et humide l’aide à davantage conscientiser son besoin.

Un petit garçon sans couche, la nuit

Enfin, en ce qui concerne les petits garçons, on peut très vite se retrouver avec une grosse flaque de pipi la nuit s’il ne porte pas de couches. Pour éviter ça, je vous conseille d’avoir des langes (inserts de couches lavables par exemple) près de vous et de lui passer délicatement entre ses jambes. Quand vous êtes en train de l’allaiter, ça permettra de contenir les éventuelles urines et d’éviter d’avoir une grosse flaque qui inonde son lit… Et votre lit aussi !

 

Je vous ai donné pas mal d’éléments pour pouvoir essayer l’hygiène naturelle infantile la nuit. Ça peut sembler délicat au départ. Il y a plusieurs choses à mettre en place, comme le matériel, ou l’état d’esprit dans lequel vous accueillez cette pratique. Se dire que ça peut aider votre enfant par la suite, dans son cheminement vers la continence, je trouve que c’est un argument de poids ! Pourquoi ne pas essayer dès ce soir de coucher bébé sans couche ?

Si vous avez aimé notre article, vous êtes libre de le partager ;-)

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GRATUIT Votre conseil personnalisé - Pour élever bébé sans couche

%d blogueurs aiment cette page :