reconversion professionnelle reorientation temoignage maman

Depuis que vous avez accouché, votre vision du travail a radicalement changé ? Vous souhaitez la mettre en application ? Vous voulez vous investir dans un nouveau projet professionnel qui prend tout son sens avec votre maternité ? Maman de deux filles en bas âge, j’ai eu des envies professionnelles très variées depuis leur naissance. Je vous partage mon cheminement de pensées qui m’a conduite à ma reconversion professionnelle tout en étant maman.

Pourquoi une reconversion professionnelle après une naissance ?

Une naissance en implique une autre

Dans les 9 premiers mois qui ont suivi chacun de mes deux accouchements, j’ai connu des moments de blues intenses. Je suis passée par des instants où, figée, je regardais ma situation de l’extérieur :

  • affalée dans le canapé pour allaiter pendant des heures ;
  • fatiguée à ne plus pouvoir gérer les multiples réveils nocturnes ;
  • affairée pour nourrir et nettoyer mes deux gloutonnes, répondre à toutes leurs sollicitations, sans pouvoir m’asseoir et penser à moi un seul instant.

Alors je me disais : « Mais qu’est-ce que je fais là ? » Je ne pouvais plus rester dans une situation de stress continu, hors de mon propre corps, totalement présente pour mes enfants, mais aux abonnés absents lorsqu’il s’agissait de ma propre personne.

J’ai donc trouvé plusieurs façons de m’évader et de me recentrer sur moi-même, entre tous ces moments où je me dois d’être présente : lire, jouer de la musique, et nourrir un nouveau projet professionnel. Me consacrer des instants uniquement pour moi, même fugaces, m’a permis d’échapper au burn-out maternel.

Quelles ont été les idées pour ma reconversion professionnelle ?

J’ai eu tellement d’idées de projets professionnels, que je suis certaine d’en oublier ! Je vais tenter d’être la plus précise possible.

La première idée a été de devenir sage-femme : j’étais tellement fascinée et reconnaissante envers ma première sage-femme, que j’ai eu envie de partager son expérience. Indépendante, elle me recevait dans son cabinet très cocooning. Elle dégageait une douceur et une sagesse infinies. Elle est une des rares sage-femmes à pratiquer l’accouchement à domicile. Ma première fille est donc née à la maison, échappant à tout le protocole hospitalier, qui ne se prête pas à ma vision de l’accouchement.

Juste avant d’accoucher, et dans les premiers mois de vie de mon aînée, j’ai eu un projet de caravane itinérante, en soutien aux jeunes et futures mamans, notamment sur l’allaitement. Je mûrissais déjà l’idée d’un laboratoire ambulant, pour mon activité d’éducatrice à l’environnement, afin d’intervenir dans des endroits reculés de ma campagne bretonne. J’ai transposé mon premier projet sur ce besoin naissant de soutien à la parentalité. J’ai monté un dossier de financements, contactez et rencontrez un grand nombre de professionnel.le.s du métier.

Enfin, ma troisième idée, qui permet plus de combler mon côté artistique (je suis accordéoniste, chanteuse et joue dans un groupe de bal folk) était de devenir autrice. Cette idée faisait la passerelle entre mon envie de transmission, mes connaissances naturalistes et ma fibre artistique.

Ma reconversion est-elle compatible avec ma vie de maman ?

Mûrir des idées, mais ne pas mener les projets

Ces trois projets professionnels n’ont pas abouti, pour des raisons diverses.

D’une part, je n’avais ni l’envie, ni les moyens financiers pour reprendre les 5 ans d’études que nécessite le métier de sage-femme.

Ensuite, même s’il constituait un bon compromis entre aide à la maternité et bagage étudiant suffisant, le projet de caravane pour le soutien aux jeunes parents n’a pas vu le jour non plus. Par manque de moyens financiers, et même en utilisant des matériaux de récupération, je n’avais pas assez d’énergie à y consacrer.

Enfin, le projet artistique est resté à l’état d’idée initiale, car je ne me sentais pas légitime de m’investir dans un projet professionnel dont je n’étais pas certaine qu’il m’assure une retombée économique suffisante pour ma nouvelle vie familiale. De plus, les épisodes de déprime post-accouchement m’ont éloignée un temps de mes élans artistiques.

Trouver l’équilibre entre facette personnelle et facette professionnelle

J’ai donc repris un travail salarié, car c’est ce qui me convenait le mieux dans ce moment charnier : avoir la sécurité du travail et du salaire. J’ai pris beaucoup de plaisir dans ce poste.

Puis je suis tombée enceinte de ma deuxième fille. L’association pour laquelle je travaillais ne m’a pas reconduite. J’étais anéantie par cette injustice. Moi qui avais enfin trouvé un équilibre, je savais qu’il faudrait plusieurs mois avant de le retrouver.

Malgré des soucis de santé et une nouvelle organisation familiale, j’ai enfin trouvé une idée professionnelle épanouissante. Un an après la naissance de ma deuxième fille, j’ai planifié ma reconversion professionnelle. Je souhaitais revenir à un projet indépendant, plus rémunérateur (car mon besoin de sécurité financière s’est accru avec l’arrivée de ma cadette) et laissant assez de place à mon esprit créatif.

C’est ainsi qu’après de longs échanges avec Maëlle, j’ai opté pour la rédaction web SEO. Alliée à mes connaissances et mes compétences déjà acquises, j’ai trouvé un métier compatible avec ma vie personnelle. J’ai suivi la formation en ligne de Lucie Rondelet. J’ai ainsi développé ce blog conjointement avec Maëlle, et un service de rédactions web SEO pour les professionnels. En parallèle, plus confiante dans mon style d’écriture, je fais mes premiers pas en tant qu’autrice. La rédaction web m’assure un revenu et me laisse du temps pour me consacrer à mes projets de contes. J’ai trouvé là le bon compromis.

Comment parler à ses proches de sa reconversion professionnelle ?

Une autre étape difficile est de parler de son projet de reconversion professionnelle à son entourage. À commencer par sa moitié. Comment ne pas l’inquiéter, alors qu’il y a des crédits à payer, plusieurs bouches à nourrir et d’autres offres d’emploi intéressantes ?

Définir ensemble le moment pour en parler

Mon conjoint a suivi mes montagnes russes d’envie professionnelle. Je pense qu’il ne se rappelle pas de toutes mes envies mais, à sa façon, il pourrait en témoigner et exprimer combien parfois il était dérouté, comment il m’a soutenu et a su m’aider à me ressaisir. Pour parler de sujets aussi sensibles, nous prenons un temps tous les deux, généralement lorsque les enfants sont couchés. À tour de rôle, chacun va se confier sur son état émotionnel, physique et psychique du moment, et l’autre l’écoute sans l’interrompre. Il peut y avoir des questions, mais uniquement quand l’autre a fini de s’exprimer. Définir ce cadre nous aide à nous confier, à aller au bout de notre pensée sans la peur d’être jugé, interrompu ou de perdre le fil de sa pensée.

Utiliser des outils efficaces de communication

Quand on a des parents protecteurs, et qu’ils comptent également pour nous, on n’a pas envie de les inquiéter. Alors on préfère parfois se taire, et ne pas les tracasser avec nos propres interrogations. Pourtant, ils peuvent être de bon conseil, compte tenu de leur expérience. Ma mère m’a beaucoup aidé dans la construction de mon projet actuel, de manière indirecte. En me répétant souvent combien je suis sensible, en m’encourageant à développer ma fibre artistique, elle m’a conforté dans mon projet actuel.

J’ai un cercle d’amies très proches. On se confie sur énormément de points, mêmes très personnels. Elles ont leur rôle aussi dans ma construction professionnelle. Leur avis compte beaucoup : je suis heureuse quand elles me font un retour critique sur ce que j’entreprends. On en parle par téléphone, par mail, ou autour d’une boisson chaude et de petits gâteaux. Il y a souvent un moment dédié à nos expériences professionnelles dans nos échanges. On met parfois en place des outils de travail de groupe pour pouvoir faire ressortir les points forts et les points faibles, pour avancer conjointement. Mind map ou carte heuristique, brainstorming, world café ou post-it à gogo : tout est bon à prendre !

Mes enfants sont encore jeunes pour avoir eu besoin d’échanger avec moi sur le sujet. J’espère que tout ce que j’écris actuellement leur servira plus tard.

reconversion professionnelle maman temoigne

Il y a des temps pour être maman, et des temps pour se reconvertir professionnellement. Mais gérer les deux en même temps, quel chamboulement !

Mettre en œuvre son projet de reconversion professionnelle, tout en étant maman

Voilà une étape non-négligeable ! Une fois le projet de reconversion professionnelle établi, comment tout mettre en œuvre pour le rendre possible ?

Estimer ses besoins réels

Étant une adepte de la remise en question perpétuelle, je n’ai pas souhaité faire de bilan de compétences avec un organisme agréé. J’ai bien visualisé ce qu’il me manquait, et le temps que je pouvais consacrer pour acquérir ces nouveaux savoirs. J’ai donc choisi une formation en ligne et libre dans l’emploi du temps pour apprendre les techniques de la rédaction web SEO.

En ce qui concerne le matériel, j’ai décidé de commencer avec ce que j’ai (mon vieux coucou de PC, toujours opérationnel) et d’investir au fur et à mesure de mes premières rentrées d’argent.

Comment aller de l’avant ?

Ayant déjà commencé bon nombre de projets professionnels sans les terminer, j’avais peur de retomber dans ce travers. D’autant que j’adore la sensation d’enthousiasme et de maîtrise ressenti lorsque l’on se lance dans une nouvelle activité – qu’elle soit personnelle ou professionnelle d’ailleurs.

Pour moi, l’investissement financier de départ a constitué ma garantie. Je ne voulais pas dépenser de l’argent en vain. Cela m’a motivé à me dépasser pour rendre ce projet possible.

D’autre part, j’ai commencé mon activité au sein d’une coopérative d’entrepreneurs. Entourée par d’autres professionnels, cela m’a donné un esprit d’équipe, mais aussi de défi.

Enfin, me former et travailler conjointement avec Maëlle, notamment sur ce blog, me rassure sur ma légitimité à entreprendre, me booste dans les moments où je mollis : si elle peut le faire, je peux le faire aussi !

 

Êtes-vous mamans et en reconversion professionnelle ? Partager votre expérience dans l’espace des commentaires, ou cet article sur vos réseaux sociaux.

Si vous avez aimé notre article, vous êtes libre de le partager ;-)

Tags:

2 Responses

  1. Bonsoir Maëlle, je suis totalement d’accord avec la reconversion professionnelle, et j’envisage même si j’ai la multinationale comme Gaëlle Dobignard de quitter mon emploi. Qu’on se le dise engagé les maternités n’est pas chose aisée, on ne peut plus avoir la force de faire un travail stressant , et lorsqu’on a un peu de temps autant mieux comme tu dis le valoriser a bon escient, en se recentrant sur l’utile et les activités qui peuvent nous sortir du Burn out maternel. Je ne suis pas encore Maman mais merci pour cet article . J’ai beaucoup appris😊

    • Bonjour Esther,
      Je te remercie pour ton retour. Je suis contente si cet article peut t’être utile par la suite. Je te souhaite une belle journée, Céline (eh oui, nous sommes deux auteures sur ce blog, on peut s’y perdre parfois ;))

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GRATUIT Votre conseil personnalisé - Pour élever bébé sans couche

%d blogueurs aiment cette page :